Recettes

Donuts : recette incroyable, inratable et gourmande

Obtenir des donuts américains, en apparence, ce n’est pas très difficile. Mais comment les obtenir de la forme parfaite, avec un moelleux irrésistible et un goût incroyable ? Il vous suffit de bien lire cet article pour comprendre chaque élément composant cette pâte particulière et de bien suivre la recette de donuts que je vous partage. Le donuts étant une invention américaine, il est toujours intéressant de comprendre comment il est né, pour comprendre de quoi il est fait. 🙂 Il vous faudra ensuite bien respecter l’ordre des ingrédients intégrés dans la pâte et prendre le temps nécessaire à l’incorporation du beurre, sans forcer. Enfin, la cuisson particulière similaire aux beignets et le topping ne seront pas à négliger, car c’est là que le donut prend tout son sens ! 😉

1. Les petites histoires du donut

Ce qui a rendu le donut populaire, comme la plupart de la nourriture populaire, c’est qu’il se mange facilement dans la rue. Et pour couronner cela, on peut les agrémenter de manière ultra créative ! Entre le topping, le fourrage éventuel et les ingrédients qui composent la pâte-même, les variétés sont infinies. 😀

Mais d’où nous vient cette petite gourmandise ?

1.1. Le donut américain

Quand on dit que le donut est américain, on pourrait être plus exact : il est originaire des États-Unis bien évidemment. Que diriez-vous si je vous montrais que c’est totalement faux ?

Le donut, c’est un peu comme les frites pour les Belges : un combat acharné de revendications, parsemé de gras et de beaucoup d’amour, dans le fond. La différence c’est qu’en Belgique, ce dont on est sûr c’est de faire les meilleures frites du monde. Mais je m’égare. 😛

Le donut n’a pas d’origine claire. Ce qui est certain, c’est que c’est un dérivé du beignet en forme de boule. Ce dernier serait né en Hollande au XIXè siècle (Le Figaro), sous l’appellation ultra sexy de « olliekoek » qui signifie littéralement « biscuit d’huile » que l’on appelle aujourd’hui beignet, beigne ou croustillon. Dans les foires belges, les néerlandophones l’appellent d’ailleurs « olliebollen » qui signifie « boule d’huile », signe du vestige hollandais. Ragoûtant, non ? 🙂

En tout cas, on a un indice sur la cuisson : c’est une boule de pâte frite dans de l’huile.

Ce serait l’immigration des Hollandais aux Etats-Unis qui a engendré la distribution de ces petites boules de gras dans tout le nord de l’Amérique.

Sculpture d’Hansen Gregory, inventeur du trou dans le donut

Une autre version de l’histoire explique que le trou du beignet aurait été réalisé la toute première fois par monsieur Hansen Gregory, capitaine de navire de la Nouvelle-Angleterre. Le beignet cuisant mal en son centre, le jeune capitaine aurait percé un trou pour que le gâteau puisse frire de manière égale… D’autres encore racontent que ce même capitaine pris dans une tempête, voulait sauver ces petits beignets et les aurait empalés sur son volant. Mignon, non ? 😀

1.2. Donut ou doughnut ?

On peut écrire les deux ! Saviez-vous que le mot donut était une contraction du mot « doughnut » ? Hé oui, littéralement, cela signifie « noix de pâte ». Certainement pour le fait que l’on prend une noix de pâte (en terme de quantité) pour la cuire.

Certains diront que l’ancêtre du donut était garni avec une noisette en son centre, d’où son nom (Wikipédia). Rien n’est moins sûr.

1.3. Donuts dollies, héroïnes de guerre

Elles ont peut-être été oubliées et pourtant leur rôle a sans doute été capital pour le moral des troupes. Lors de la première guerre mondiale, on retrouve déjà des traces photographiques du fameux donut. La croix rouge envoyait des dames appelées « donuts dollies » ou « donuts lassies » distribuer des donuts aux soldats pour leur remonter le moral.

Sur la première photo, on peut apercevoir Stella Young avec une bassine de donuts. Une autre photo d’elle deviendra célèbre grâce à la chanson « Don’t Forget the Salvation Army » remerciant les donuts girls et dans laquelle on entend « My doughnut girl ». Pour l’écouter tout en lisant la suite de l’article, cliquer ici !

Si ce genre de photographies vous intéresse, je vous invite à faire un tour sur la page de La boite verte, l’auteur y partage un magnifique reportage photo sur les donuts !

2. Tous les mêmes, et y’en a marre

Attaquons-nous maintenant sur l’aspect et le goût de notre donut.

N’avez-vous pas l’impression que tous les donuts achetés dans le commerce (et même chez les professionnels), ont le même goût ? Cette question est on ne peut plus sérieuse. Je veux bien-sûr parler du goût de la pâte à donut, mis à part donc les variétés de topping proposées.

La raison est assez simple : la plupart des boulangeries en Amérique du Nord et les industriels du monde n’inventent plus leurs propres recettes. Ils utilisent… *roulement de tambours* des mix ! Et oui, ces poudres prêtes à l’emploi se sont imposées tranquillement depuis plusieurs décennies déjà, pour faciliter le travail de préparation de la pâte et donc celui du boulanger. Après tout, on y ajoute juste de l’eau et c’est terminé.

Dans ces mix, tout y est : l’oeuf en poudre, le lait en poudre, la farine, la levure chimique, le sucre, et les arômes. Le problème, c’est que souvent on y retrouve aussi des additifs indésirables voire nocifs, que l’on préfère éviter.

C’est pourquoi il est important de pouvoir faire ses petits donuts quand on en a envie ! Ca ne prend pas tellement de temps et on peut enchaîner une bonne fournée de donuts (20-40…) rapidement.

3. Les secrets d’un donut parfait

3.1. Les bons ingrédients pour une bonne pâte

La première chose à faire, c’est acheter des bons ingrédients (de qualité). Le goût et l’aspect n’en seront que meilleurs.

Il vous faut donc une bonne farine (T55 de préférence, ordinaire donc) qui n’est ni farine à pain, ni farine à pâtisserie (trop fine).

Ensuite, il vous faut du bon beurre de ferme qui ne soit pas rance car comme il y a beaucoup de beurre dans la recette, le rance peut déranger.

La levure doit être fraîche pour un meilleur développement de la mie et idéalement vous utiliserez une vraie gousse de vanille pour apporter l’arôme si particulier du donut.

Enfin, les œufs et le lait doivent être les plus frais possible.

3.2. L’incorporation du beurre

Comme pour la brioche Nanterre, l’incorporation du beurre devra se faire en dernier lieu, une fois que la pâte sera parfaitement lisse et que le réseau de gluten sera bien développé (voir les 5 paramètres importants pour réussir sa pâte).

Il ne faudra pas hésiter à pétrir longtemps car le beurre s’incorpore lentement, en vitesse 1 du robot. Cette étape peut facilement prendre 15 à 20 minutes, et c’est normal.

3.3. La cuisson

La cuisson se fera dans une huile à 180°C, ni plus ni moins. Il ne faudra absolument pas dépasser cette température, au risque d’un mauvais développement du donut dans l’huile et un manque de cuisson à coeur.

3.4. Le topping

Pour terminer, il ne faut pas négliger le topping ! Mon préféré, c’est le sucre. Simple, efficace. 😀 Il faut laisser le donut légèrement refroidir sur un papier absorbant et puis le tremper dans du sucre semoule.

Libre à vous d’utiliser un autre sucre (sucre glace, sucre brun, …) évidemment.

C’est ici que vous pouvez laisser libre court à votre imaginaire puisque tout est possible. Vous pouvez fourrer vos donuts à l’aide du poche à douille, faire fondre du chocolat et tremper un côté du donut dedans, parsemer celui-ci de noisettes en morceaux… C’est le moment de vous amuser avec les goûts ! 😉

recette-donut

4. Donuts, la recette

donuts recette

Donuts

La Boite à Pain
Recette incroyable pour faire des donuts goûteux et magnifiques. Le donut est devenu incontournable dans le monde parce qu'il est facile à manger, délicieux et qu'il se décline en plein de variétés. Suivez les étapes et réussissez du premier coup vos donuts !
Temps de préparation 30 min
Temps de cuisson 1 min
Repos 1 h 45 min
Temps total 2 h 16 min

Matériel

  • 1 Robot pâtissier
  • 1 Balance
  • 1 Friteuse/casserole
  • Papier sulfurisé
  • 1 rouleau à pâtisserie

Ingrédients
  

Pétrissage

  • 500 g farine ordinaire (T55)
  • 125 g oeufs battus (2-3 oeufs)
  • 175 g lait (entier)
  • 10 g sel
  • 50 g sucre
  • 15 g levure fraîche fraîche
  • 5 g levure chimique (poudre à lever)
  • 1/2 gousse vanille

Incorporation

  • 100 g beurre froid

Repos

  • 1 c. à soupe huile neutre

Topping

  • sucre semoul
  • chocolat fondu
  • morceaux de noisettes

Instructions
 

  • Mettre tous les ingrédients sauf le beurre dans le bol du robot.
  • Pétrir à vitesse 1 jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène (+- 5 min).
  • Augmenter la vitesse du pétrissage à 2 pendant 5 minutes.
  • Incorporer doucement le beurre à vitesse 1, morceau par morceau (+- 20min).
  • La pâte doit être lisse et à une température de 23°C.
  • Laisser pointer 45 minutes à 1h à température ambiante.
  • Etaler la pâte au moyen d'un rouleau à pâtisserie sur 5-6 mm d'épaisseur.
  • Emporte-piècer des disques de 9 cm de diamètre. Utiliser un autre emporte-pièce pour enlever le centre (2 à 4 cm de diamètre selon le résultat désiré).
  • Disposer les pâtons sur une feuille de papier sulfurisé préalablement huilée au pinceau. Laisser reposer 1 à 2h (jusqu'à observer un gonflement).
  • Cuire dans de l'huile à 180°C, à peu près 1 minute de chaque côté. Ils doivent gonfler à la cuisson et une bande blanche doit apparaître.
  • Laisser refroidir sur du papier absorbant et ajouter le topping de votre choix. Vous pouvez par exemple les rouler dans du sucre semoule.
  • A conserver dans une boîte hermétique au frais.
Keyword brioche, donuts, gourmandises, goûter

5. Et vous, quel est votre donut favoris ?

Dites-moi en commentaire ce qui vous plaît le plus dans un donut ! Qu’est-ce que vous préférez en terme de goût, de topping… 🙂

Cet article vous a plu ? Libre à vous de le partager ! :)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Notez la recette